Les 8 phrases à ne Jamais Dire en Entretien de Recrutement

Si vous souhaitez partager, il n'y a qu'à cliquer !
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Une fois n’est pas coutume, un article qui n’est pas destiné aux entrepreneurs mais à ceux qui doivent passer un entretien de recrutement.

Je l’ai librement adapté d’un article de Vanessa Van Edwards intitulé à l’origine  » The 8 things you should never say in an interview « .
Bien entendu, un entretien de recrutement çà se prépare. Et vous allez trouver sur le net de nombreux conseils pour être à l’aise lors de rendez-vous. Mais il y a malheureusement des »fautes », des « erreurs » qui peuvent vous faire perdre toute chance d’être recruté à la place que vous souhaitez. Voici donc 8 « choses » à éviter lors de ce dialogue pour réussir votre recrutement.

#1  » Je n’ai pas de points faibles « 
C’est souvent la question qui revient, notamment pour les recruteurs en manque d’inspiration, « quels sont vos points forts et vos points faibles ? ». Ou sa variante, « Quelle était votre plus grande difficulté dans votre dernier emploi ? » si sous en avez eu un.
Surtout, ne répondait jamais « rien ! ».
Cela voudrait dire que vous êtes soit aveugle, soit que vous cachez quelque chose. A éviter aussi, vouloir s’en sortir par un « pirouette » en donnant une « fausse » faiblesse, style « je suis trop perfectionniste ». Votre interlocuteur pose cette question parce qu’il veut voir si vous êtes honnête et si cette faiblesse ne va pas devenir un problème futur, donc soyez honnête.

La solution : Donnez une VRAIE faiblesse que vous avez, mais formulez-la de manière à ce qu’elle n’affecte pas vos performances professionnelles. Par exemple, vous pouvez dire quelque chose comme :
« Je m’embrouille souvent si je dois faire plusieurs tâches ou si j’ai plusieurs objectifs différents à atteindre, alors j’ai essayé de me concentrer sur une seule chose à la fois. Jusqu’à présent, cela semble fonctionner ! »

#2  » Tout est sur mon CV ! « 
Quand un intervieweur vous demande : « Alors, Vanessa, combien de temps avez-vous occupé votre dernier emploi ? »
Ne lui dites PAS de vérifier sur le CV. A quoi servirait l’entretien de recrutement si tout était écrit.
La raison pour laquelle l’examinateur vous pose cette question est qu’il ne veut pas que cela ressemble à un entretien. Il veut que l’entretien soit aussi décontracté que possible. Si l’interlocuteur commence à lire, du genre :
« OK, je vois que de 2013 à 2015, vous avez travaillé pour l’entreprise Z. »
« Et il semble que vous ayez également travaillé à temps partiel dans l’entreprise Y pendant 6½ mois. »
Dire à votre interlocuteur de vérifier votre CV est un BON moyen… de briser le rapport.

Lorsque je suis en position d’embauche, je scrute littéralement des dizaines, voire des centaines de CV. Soit je ne me souviens pas, soit je veux savoir si VOUS vous rappelez à quoi ressemble votre CV.

La solution : Profitez de cette occasion pour rappeler vos expériences passées et établir un rapport. Parlez sur le ton de la conversation et profitez de cette occasion pour vous rapprocher de votre interlocuteur et lui montrer que vous dites vraiment la vérité sur votre passé.

#3  » Comment çà se passe pour les augmentations ? Les bonus ? « 
Ah l’argent, c’est, en France, toujours un sujet particulier à aborder.
Aussi, je ne vous recommande pas d’aborder le sujet en premier notamment parce que celui qui vous fait passer l’entretien n’est pas forcément le décisionnaire sur ce point.
En outre, la réponse à cette question dépend du travail que vous allez produite, des résultats de l’entreprise dans laquelle vous travaillez … Donc, il va falloir prouver vos performances avant de prétendre à une quelconque revalorisation salariale.

La solution : si le financier n’est pas abordé, vous pouvez le faire en étant plus subtil en demandant par exemple  » comment je saurai que mon travail vous satisfait et que la société compte sur moi ? ». Avec cette question, vous apprendrez comment le succès est noté et célébré dans l’entreprise.

entretien recrutement chef boss#4  » Je détestais mon chef ! « 
La personne qui va vous faire face va s’intéresser à votre vie passée et notamment, sur votre activité professionnelle avant de lui faire face. Et il y a de fortes chances pour que vous ayiez plein de points négatifs à dire sur votre ancienne entreprise: « mon supérieur était idiot », « je travaillais trop pour le salaire que l’on me donnait », « mes collègues étaient des hypocrites » …
Il vous faut éviter le plus possible la négativité. Si vous prononcez des mots tels que « MAUVAIS » ou « TERRIBLE », l’autre personne commencera à penser la même chose de vous ! Aussi, quelle que soit votre situation antérieure, ce n’est PAS le moment de planter des coups de couteaux sur votre anciens collègues, employeur. Après tout, si vous parvenez à obtenir cet emploi et que vous finissez par démissionner, la dernière chose que votre interlocuteur souhaite, c’est que vous parliez mal d’EUX. De plus, le fait d’être en colère montre un côté négatif de vous-même qui fera une mauvaise première impression.

La solution : Concentrez-vous sur le cadrage. Au lieu de dire à quel point votre patron était mauvais, essayez de formuler votre réponse pour vous positionner sous un jour favorable. Par exemple, n’avez-vous pas été capable de mettre en valeur vos points forts ? Peut-être avez-vous cessé d’apprendre et vouliez-vous aller de l’avant pour mieux vous épanouir ?
Vous pouvez même dire quelque chose d’aussi simple que « Ce n’était tout simplement pas un bon ajustement ». Ils sauront que quelque chose ne correspondait pas tout à fait, mais réaliseront que vous êtes également poli.
Quoi qu’il en soit, veillez à formuler votre réponse de manière positive et essayez de rester orienté vers l’avenir, au lieu de vous en prendre au passé. N’oubliez pas : c’est un entretien d’embauche, pas une confession.

#5  » Je n’ai pas de questions à vous poser « 
Ce n’est pas une question piège contrairement à ce que certains pensent. Cette question est destinée à clarifier la situation, à vous donner toutes les réponses à des sujets non abordés, ou abordés de loin.

La solution : Ayez donc toujours une ou deux questions prêtes.
Poser des questions finales montre à votre interlocuteur que vous êtes intéressé par l’entreprise et que vous comprenez toute l’étendue des fonctions du poste. ÉVITEZ de poser des questions auxquelles vous pouvez facilement trouver des réponses, comme des informations disponibles sur le site web de l’entreprise. Les meilleures questions à poser sont celles qui ne sont pas connues du public.
Par exemple, vous pouvez vous intéresser à votre interlocuteur en lui demandant « Quel est votre projet personnel passionnant ? ». Cela permet de quitter la pièce sur un note positive.

#6  » Je ne sais pas « 
On dit qu’il vaut mieux dire qu’on ne sait pas, plutôt que de dire n’importe quoi … mais si on peut éviter de dire que l’on ne sait pas, c’est encore mieux !
Votre interlocuteur vous poser une question dont vous ne connaissez pas la réponse ? Vous vous dites alors : « Que dois-je dire ? », « Dois-je mentir ? », « Qu’est-ce que ça veut dire ? ». Comment s’en sortir ? Surtout pas par un  » je ne sais pas ». Cette réponse est mortelle car elle tue instantanément la conversation. Avec ce « je ne sais pas », vous dites à votre interlocuteur qu’il devra vous tenir la main TOUT LE TEMPS si vous obtenez le poste.

La solution : vous pouvez dire que vous ne savez pas mais ajouter une condition à votre réponse, du style »Je ne sais pas, mais je le découvrirais en regardant sur internet/en demandant au manager/etc. », « Je ne sais pas, mais j’essaierais de faire comme ceci… », « Je ne sais pas, mais j’ai été confronté à une situation similaire lorsque XYZ. »
En ajoutant une condition, vous montrez à votre employeur potentiel que vous êtes honnête et prêt à apprendre ou à réfléchir de manière stratégique. Les employeurs ne veulent pas nécessairement la personne la plus intelligente du groupe. La plupart veulent quelqu’un qui est désireux d’apprendre et de relever de nouveaux défis sans simplement abandonner.

#7  » Vous pouvez vous débarrasser de moi quand vous le souhaitez « 
Euh, vous n’êtes pas encore embauché que vous pensez déjà que votre employeur ne va plus vouloir de vous. C’est une belle façon de se tirer une balle dans le pied et de dire à votre interlocuteur que vous n’êtes pas la personne pour le poste proposé.

La solution : Soyez compétent. Même si vous ne faites que jouer la comédie, faites comme si vous étiez à votre place ! Personne ne veut engager un « mouton noir » de l’entreprise. Si vous avez du mal, essayez de vous aimer ou de vous rappeler pourquoi vous êtes un bon candidat pour l’entreprise.

#8  » Je n’ai pas mon CV ! « 
Imaginez que votre recruteur vous demande votre CV car il l’a « perdu » et que vous lui dîtes que vous ne l’avez pas. Quel serait votre sentiment ? Cela serait un mauvais moment, non ?

La solution : Soyez prêt. Même si vous leur avez envoyé votre CV par e-mail à l’avance, soyez toujours prêt et supposez que c’est à vous de le préparer.
Apportez deux copies de votre CV: Une pour votre interlocuteur, et une pour vous, pour éviter que votre Cv ne fasse des aller-retour entre vous et la personne chargée de l’entretien de recrutement.
Et 2 est un minimum car imaginez faire face à plusieurs personnes, qui n’ont pas ou n’ont qu’un CV. Vous les dépannerez bien en leur fournissant un autre exemplaire et cela peut vous faire gagner des « points ».

BONUS
Ne demandez pas à votre interlocuteur quel est son nom.
J’ai appris très tôt que le fait de prononcer le nom de l’interlocuteur a un impact énorme. C’est encore plus impressionnant s’il s’agit d’un nom difficile à prononcer.

La solution : La meilleure façon de commencer un bon entretien est de répéter le nom de l’interlocuteur. Si vous le pouvez, assurez-vous d’obtenir le nom de votre interlocuteur à l’avance et mémorisez-le entièrement.
Ou, si vous rencontrez votre interlocuteur pour la première fois, entraînez-vous à répéter son nom : « C’est un plaisir de vous rencontrer, XYZ ! »

Si vous avez du mal à vous souvenir du nom des gens, vous n’êtes pas le seul ! L’oubli des noms est un problème courant lors des rencontres avec de nouvelles personnes. Heureusement, il existe une solution facile. Regardez la vidéo ci-dessous pour bannir à jamais l’oubli des noms et vous souvenir presque instantanément du nom de n’importe qui :

Si vous souhaitez partager, il n'y a qu'à cliquer !
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.