Comment mes fils m’ont inspiré cet article …

Si vous souhaitez partager, il n'y a qu'à cliquer !
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Je vous ai déjà parlé de mon frère et de sa manière de faire du commerce.

Parlons maintenant d’autres membres de ma famille, mes 2 enfants, que j’aime plus que tout ! 😉
Pas plus tard qu’hier, ils m’ont fait penser à la rédaction de cet article, plus exactement à son thème. Alors qu’ils mangeaient, ceux-ci me demandaient à boire ( avec le « s’il te plait, papa » de rigueur ! LOL ) . Ils désiraient que je leur verse une célèbre boisson gazeuse à bulle de couleur noir/marron. Mais là n’est vraiment pas le problème ! ils y ont droit de temps en temps !
Le problème, c’est qu’il restait peu de soda, à peine pour en remplir un demi-verre … enfin c’est ce que je croyais. Bien entendu, mes 2 fils en voulaient et j’avais donc un problème épineux à résoudre. Mais finalement, ce fut plus simple que je ne l’aurai cru. Comment celà ?

Si je partageais la boisson équitablement dans leur verre habituelle ( oui, il ont chacun leur verre personnalisé ), il est clair que les deux auraient été mécontents : « que çà ? », « si c’était pour me donner çà, il fallait rien mettre » et si je n’en ai donné qu’à un des deux, l’autre se plaindrait « ‘pourquoi c’est toujours lui ? », « j’avais demandé en premier… ». Pourtant, la solution était évidente: comme je ne pouvais agir sur la quantité du contenu, il me suffisait d’agir sur … le contenant.
Je me dirigeai alors vers la cuisine et pris 2 autres verres, je choisi les 2 plus petits que j’avais. Vous savez, ces verres qu’on a tous au fond du placard, qui sont destinés au « digestif » mais dont on ne se sert jamais. J’ai donc rempli ces 2 « godets ». Et alors que je pensais en premier lieu ne pas pouvoir contenter mes enfants, je les remplis de joie. Non seulement, ils avaient la boisson qu’ils voulaient mais surtout le fait de leur servir dans d’autres verres, mais le fait qu’ils puissent boire dans des « verres de grand » ( même s’ils étaient « petits » ) les comblait au plus haut point.

Que faut-il retenir de cette petite histoire ?
tout d’abord, qu’un problème n’est pas insurmontable ! Chaque problème a une solution même si elle ne saute pas aux yeux de suite.
La réponse à un problème n’est pas forcément celle qui est la plus évidente: dans mon cas, si j’avais partagé le reste de boisson dans les 2 verres habituelles de mes enfants, cela aurait été la solution de facilité mais ils n’auraient pas été heureux.
Le résultat de la résolution d’un problème peut donner un meilleur résultat que celui espéré: mes fils étaient fiers de boire dans leurs « nouveaux » verres… fierté qu’il n’aurait pas eu si j’avais eu assez de boisson !
Il y a souvent plusieurs éléments sur lesquels on peut agir pour trouver la réponse à un problème: là, au lieu de me concentrer sur le contenu, j’ai pris l’option du contenant. Vous connaissez sans doute l’histoire du verre à moitié vide ( ou à moitié plein ), quand vous demandez à plusieurs personnes dans quel état il est … vous avez en majorité des « à moitié vide » ou « à moitié plein » mais rares sont ceux qui diront « le verre est plein: de boisson d’une part et d’air d’autre part »…

Dernier élément à retenir de la scène de vie que je viens de vous raconter: la plus insignifiante des histoires ( un père qui donne à boire à ses enfants ) peut devenir un moyen d’apprendre… Je suis sur que chacune de vous a des histoires de ce type dont tout le monde peut s’inspirer…

Si vous souhaitez partager, il n'y a qu'à cliquer !
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

8 thoughts on “Comment mes fils m’ont inspiré cet article …

  1. Effectivement c’est un exemple dont il faut s’inspirer … ça me fait penser à mes bacs de produits soldés.

    Lorsque arrive la fin des promotions, il me reste toujours quelques livres, ou accessoires qui se battent en duel au fond du bac à soldes, ce que je fait c’est que je prend un petit panier, où j’ai presque peine à caser les produits, et je pose le tout à la caisse … en général les articles ainsi présentés se vendent rapidement.
    Avant lorsque je laissais les quelques produits dans le grand bac, personne n’en voulait.

    Tout est affaire de présentation.
    🙂

    RépondreRépondre
  2. Tu aurais pu ajouter : toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.
    C’est exactement la situation que j’ai vécu il y a quelques jours. La différence c’était avec mes 2 filles.

    RépondreRépondre
  3. Ce sont de bels exemples (simples mais réalistes) que nous accomplissons dans la vie de tous les jours, sur lesquels on ne se base pas assez pour résoudre d’autres problèmes.

    Par cette histoire, tu nous montres que tu as su contourné la difficulté rencontrée.

    Ca illustre parfaitement bien le fait que rien n’est insurmontable et que tout est possible!!

    Merci Olivier 😉

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.