Les Echecs de Google

Si vous souhaitez partager, il n'y a qu'à cliquer !
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Pour beaucoup, Google est un symbole de réussite.

Petite entreprise montée dans un garage par des étudiants, la société est désormais devenu tentaculaire.
Messagerie, outils statistiques, publicité sont parmi les réussites de la firme américaine. Mais il faut savoir que tout ne s’est pas fait aussi facilement que certains peuvent le croire mais que Google, comme d’autres, a aussi connu l’échec. Pour la plupart, aucune possibilité de se rattraper comme si on bricolait et qu’on utilisait Fixami.fr pour trouver le moyen d’arranger les choses au mieux. Voici donc quelques uns des ratés de la firme de Mountain View.

google x desktop dock1. qui se souvient de Google X ?

Ne mentez pas ! il est statistiquement impossible que vous voyez de quoi il est question. Pourquoi ? tout simplement car Google X n’a vécu qu’une journée !
La firme américaine n’a jamais indiqué officiellement pourquoi le 16 Mars 2005, elle a mis fin à ce qu’elle avait lancé la veille mais il semblerait que cette page ressemblait trop, avec les « docks » à un produit Apple, qui en avait les droits.
A retenir: « Roses are red,  Violets are blue, OS X rocks. Homage to you.« , c’était la phrase qu’on trouvait en bas de cette page. 😉

2. Google Catalogs a lui duré plus longtemps: de 2005 à 2009 même si Google a relancé un service à ce nom en 2011 .

Le principe de Google Catalogs était simple : proposer aux internautes américains de consulter les pages scannées des catalogues des Vépécistes américains (enseignes de ventes par correspondance). Le concept ne séduisant pas, Google a abandonné son idée en  2009. Et l’a relancé aux USA en Août 2011 … pour l’abandonner en 2015 !

3. Web Accelerator était un un système de proxy-cache.

En mettant en cache chez lui des pages désirées par des internautes, Google s’est attiré les foudres de quelques webmasters.
Afin d’apporter un réel gain en performances, GWA préchargeait  les liens de la page lorsqu’il n’y a aucune activité. Et le  problème, c’est quand ces liens permettent d’annuler un envoi, ou de supprimer quelque chose comme par exemple un message dans un forum. 3 ans d’existence, entre 2005 et 2008.

4. Le Video Player de Google « dura » de 2005 à 2007.

Il y a eu autre chose que les MOV, MP4, FLV et AVI avec le GVP. Seulement, Google Video Player ne pouvait que  visualiser les vidéos achetées ou téléchargées sur Google Video, l’outil n’avait donc que peu d’intérêt par rapport aux autres solution plus complètes.

google answers question réponse5. En 2002 fut lancé Google Answers.

Uniquement en anglais, ce service permettait de poser des questions en les formulant de manière naturelle et non avec des mots clés. Les personnes chargées de répondre aux questions étaient recrutées, testées et certifiées. Ils recevaient pour chaque réponse réalisée la somme que l’utilisateur avait indiqué vouloir payer pour l’avoir. Les autres visiteurs pouvaient intervenir, comme sur un forum.
En 2006, Google ferma donc Google Answers, ne résistant pas à la Yahoo! Answers qui était totalement gratuit lui, et qui a disparu quelques années plus tard aussi.

Jolis ratés non ?

Si vous souhaitez partager, il n'y a qu'à cliquer !
Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

7 thoughts on “Les Echecs de Google

  1. Bonjour,
    Personnellement je ne considère pas vraiment ça comme des échecs, plus des tentatives, car finalement ce sont des produits qu’ils peuvent réexploiter sous de nouvelles formes et comme cela reste de la geekerie, cela leur permet surement de faire des tests importants, d’en tirer des données, d’analyser pour mieux vendre ensuite car c’est devenue leur spécialité, tout vendre en 1er page des résultats de leur incontournable moteur de recherche.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.