Etre bon ne sert à rien !

« on se demande comment il est arrivé là … », N’avez-vous jamais entendu cette phrase ?

La réponse est toute simple, la personne concernée a su se faire remarquer.
C’est ce qu’explique Seth Godin notamment dans cette conférence TED de 2003. En effet, quand il y a trop d’options et trop peu de temps, notre choix le plus évident est de simplement ignorer les choses banales. Le gourou du marketing précise dans la video qui suit la raison pour laquelle, lorsqu’il s’agit d’obtenir notre attention, les idées bizarres ou mauvaises ont plus de succès que celles qui sont ennuyeuses.

Seth Godin détaille, notamment,  tout cela dans son livre « La Vache pourpre: rendez votre marque, vos produits, votre entreprise remarquable« .

[ pour info à ceux qui ne sont pas au courant, le dimanche c’est jour de TED sur euKlide et donc vous pouvez retrouver quelques videos que j’ai sélectionné sur ce lien ]
 

10 thoughts on “Etre bon ne sert à rien !

  1. Salut Olivier,
    Merci pour cette vidéo de choix.
    C’est vrai qu’avec le TED, il y a de quoi faire en heure de visionnage !
    Mais je connaissais Godin surtout de réputation et grâce à son blog : c’est très amusant de le voir faire cette présentation.
    Des principes extra en plus pour le marketing !

    RépondreRépondre
  2. Excellente présentation je ne l’avais jamais vue.
    En effet, il vaut mieux être imparfait et agir qu’attendre la perfection sans
    rien faire. Du coup je vais me commander « la vache pourpre ». 🙂

    RépondreRépondre
  3. J’aime beaucoup cette théorie. Je viens de finir de lire son dernier né « Nous sommes tous singuliers : halte au marketing de masse ».
    Ces approches sont très pertinentes, mais je ferai plusieurs commentaires « un peu critiques » sur ses livres :
    – Il recourt peu à des données chiffrées ou des études. Du coup on a l’impression qu’il se repose sur son statut de « pape » comme vient de le dire David. Il pourrait être beaucoup plus percutant en annonçant des données comme le fait très bien Dan Pink (L’Homme aux deux cerveaux)
    – Les formats très courts sont sympa avec ce concept du « 1 hour per book », mais je trouve dans son dernier livre qu’il se répète un peu, ce qui enlève de la force à son message.

    Je ne veux pas faire le rabat-joie, mais juste que je trouve un peu dommage ces deux petits points.

    RépondreRépondre
  4. J’avais déjà vu la conférence TED où il parle des tribus (en référence à son ouvrage « Tribus, nous avons besoin de vous ») mais je ne connaissais pas celle là.

    C’est vraiment un orateur hors pair qui sait captiver son audience avec sa succession d’exemples d’échecs ou de réussites.

    Maintenant il ne faut pas toujours prendre au pied de la lettre ses remarques.
    Par ex lorsqu’il dit qu’être excellent ne sert à rien, tout le monde est excellent, ce qui compte c’est d’être remarquable, c’est quand même un peu de la provocation.
    Oui il faut être différent, oui il faut arriver à se faire remarqué, mais derrière il faut que le produit/service soit vraiment de qualité, sinon le soufflet retombera très vite.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire