publié le 8 septembre 2017 par  en catégorie Conseils, Entreprendre, Video

S’il y a bien un domaine important dans le Marketing, c’est bien le copywriting.

jerry seinfeld humour copywritingAvoir un produit ou un service c’est bien mais le vendre c’est mieux.
Et cela passe par sa mise en avant, que ce soit à l’écrit ou à l’oral, par des mots qui ne doivent pas être choisis et utilisés au hasard. Avez-vous remarqué que certaines personnes savent raconter des histoires drôles et d’autre pas ? Il peut s’agir d’une histoire que vous venez de leur raconter ou une histoire qui date, certaines personnes n’arrivent pas à utiliser les mots qui vont déclencher le rire ou le sourire de ceux qui l’écoutent. En fait, ce qui parait simple ne l’est absolument pas … et même avec les bons mots, il y a la manière de les dire, c’est pour cela qu’il existe, par exemple des metteurs en scène.

Le site Conversion Rate Experts ( que je vous invite à suivre si vous maniez la langue anglaise ) a récemment repris les éléments dont se sert Jerry Seinfled, célèbre humoriste américain ( l’un des modèle de Gad Elmaleh).

J’ai repris ces différents éléments afin que les francophones puissent en bénéficier:

Voici donc ce qui est expliqué dans la video:

1. Tout d’abord, Jerry Seinfeld commence toujours ses prestations par une « phrase bateau », que d’autres pourraient dire, mais qui lui permet de capter l’attention de son auditoire. C’est surement la phrase la plus importante car c’est grâce à elle que votre audience va vous prêter une oreille attentive ou fuir votre présentation. Regardez les « camelots » dans les foires, c’est exactement ce qu’ils font, utilisant excellemment le copywriting.

2. Ensuite, l’humoriste utilise le « parrallélisme », qui est le fait de répéter la structure d’une phrase ( ou la phrase par elle même ):  » deux dans un paquet … et deux fentes dans le toaster ! ». La structure est simple et permet à la personne qui écoute de comprendre et de visualiser ce que vous dîtes, écrivez.

3. Jerry Seinfled a un large vocabulaire de mots « efficaces »: pour lui, ce sont des mots comme « chimpanzés », « jouer », qui sont des éléments constitutifs de son humour. Ces mots font partie de son univers et les grands copywriters agissent de la même façon en utilisant des mots comme « gratuit », « instantané », « dépêche-toi ! », « découvre », « toi » … qui permettent d’impliquer le prospect.

4. Il est concis et utilise des mots courts avec peu de syllabes. Ainsi, plutôt que d’utiliser des tournures du style « nous avons mesuré », il vaut mieux dire « nous mesurons ». Être direct autant que possible, cela peut paraître non productif mais ce l’est pourtant ! Il faut aller direct au message que vous souhaitez faire passer !

5. Il met sa meilleure « punchline » ( la phrase la plus « impactante » ) à la fin.
C’est, après la première phrase, la phrase la plus importante dans vos propos. En copywriting, c’est souvent à ce moment là que vient le célèbre appel à l’action. Vous pouvez bien entendu l’inclure à la fin d’un paragraphe.

6. Jerry travaille continuellement, ajustant ses « sketchs » en fonction des retours qu’il obtient. En copywriting, c’est pareil: vous devez travailler votre texte afin que celui-ci vous donne les meilleurs résultats possibles. Et il est recommandé de modifier des phrases, des tournures de phrases, et de voir si ces modifications donnent de meilleurs résultats ou non.

Maintenant que vous savez tout cela, je vous invite à « décortiquer » les prestations de Florence Foresti, Dany Boon, Franc Dubosc et consorts … passés maitres de l’humour ET du copywriting !



Réagir:

ATTENTION: Les commentaires n'apparaissent pas dès que vous les avez validé. J'en prends connaissance et si celui-ci est conforme à la charte du site, je le mets en ligne ... à ce moment là, vous ne pouvez plus le modifier !