Les indicateurs du succès


Une infographie pour comprendre le succès.

Parue il y a quelques mois, elle est l’oeuvre de MetEdge et je l’ai adapté en français.
C’est en fait MarieEllen Tribby qui l’a en fait réalisée après avoir rencontré de nombreux entrepreneurs à succès dont Steve Jobs et Steve Wozniak, les fondateurs d’Apple. De ce fait, on a une « compilation » des caractéristiques de ceux qui réussissent et des comportements qui conduisent à l’échec.

succès
Merci à Yannick Bouvard de Yeca pour l’aide apportée à la « traduction », ainsi qu’à Sophie Gironi de Bleekin et Dominique Paulin. Je leur souhaite les meilleurs succès vu qu’ils ont prouvé en m’aidant le sens du partage ( élément primordial ).

30 thoughts on “Les indicateurs du succès

  1. @Film Streaming: Bonjour,
    C’est comme tes commentaires dont je ne comprends pas toujours l’utilité et que je ne laisse pas passer à chaque fois.
    Pour répondre à ta question, contacte des entrepreneurs et regarde leur parcours, tu verras que bcp ( la majorité ) ont planifié leurs actions et ne se sont pas lancés en improvisant …

    RépondreRépondre
  2. Olivier, dans « Ne pas avoir de succès », je ne comprend pas pourquoi il y a « Parler des autres personnes ». Enfin, si c’est « parler en mal des autres personnes », je comprend, mais dire du bien des autres personnes ne devrait pas conduire à l’échec.

    @Film Streaming : tu peux t’en sortir plus ou moins en improvisant, mais tu vas certainement perdre beaucoup de temps et d’argent à cause d’un manque de planification. ça rejoint aussi les points « ne pas avoir de but défini » et « ne pas savoir ce que l’on veut ».

    RépondreRépondre
  3. @[email protected]és de presse: Marie Ellen Tribby a remarqué que ceux qui réussissent ne parlent pas des autres, pour mieux se focaliser sur ce qu’ils font personnellement … Après je rejoins ta remarque, la preuve sur euKlide, je « parle » des autres … 😉

    RépondreRépondre
  4. c’est vrai qu’il est très important de savoir partager. c’est quelque chose qui s’apprend et qui n’est pas toujours évident. par exemple lorsqu’il s’agit de projet personnel, à quel moment partager l’information. pourtant ce partage quelques fois permet de voir sous un autre angle le sujet et ainsi de mieux l’appréhender. quoi partager, à quel moment? avec qui? ça mérite réflexion…

    RépondreRépondre
  5. En regardant bien cette infographie nous pouvons remarquer qu’avoir le succès ou non dépend de plusieurs autres éléments qui constituent notre quotidien de nos vies.

    Cependant, nous pouvons quand même nous poser la question de savoir de quelle notion du succès avons-nous par ici, car chacun pourrait définir le succès par rapport à lui même ou sa propre expérience. Toutefois, je suis bien d’accord avec ces différents principes.

    RépondreRépondre
  6. Premièrement, j’hésite un peu sur le fait que « complimenter » apporte du succès. D’un côté, cela motive les gens mais toutefois certaines personnes ont tendance à dormir sur leurs lauriers et n’envisagent de faire mieux. Tandis que « critiquer » n’est pas forcément une source d’échec, je pense que c’est effectivement une façon de pousser les gens à faire des efforts, à condition de « critiquer » pour la bonne cause et surtout donner des feedbacks.
    Deuxièmement, « regarder la télé tous les jours », je crois sur ce qu’il faut savoir organiser son temps. Ce n’est pas le fait de regarder la télé tous les jours qui conduit à l’échec mais le fait de ne pas choisir la bonne chose à voir. La télé nous donne des actualités, des documentaires et des reportages, nous informe de plusieurs choses intéressantes. Mais si on passe son temps à aller d’un film à un autre, c’est certain que l’on n’avance pas et on finira par avoir un esprit barbouillé.
    Troisièmement, « improviser » n’est pas non plus une voix vers l’échec. L’improvisation est pratiquement très utile lorsqu’on fait face à divers obstacles et contretemps. C’est vrai que les choses ne se passent toujours pas comme on l’avait planifié, les temps et les gens changent, et si on n’improvise, on risque d’être bloqué.
    En conclusion, ces indicateurs sont vrais mais ils dépendent de notre mise en œuvre, et c’est la plus difficile à entreprendre.

    RépondreRépondre
  7. Je suis parfaitement d’accord C’est vrai que si on creuse un peut on peut trouver d’autres qualité qui appliqués mèneront toujours sur la même finalité mais moi je préfère me limiter à dire que tout cela il faut le faire certes sans forcer… mais plutôt de la façon la plus naturelle possible et si on y arrive pas au début et bien on essaye -tout est apprentissage).

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.