Ma journée, presque, sans internet !

internetAttention, phénomène extra- rare !

Je vais tenter de passer une journée sans internet
Normalement, j’aurai du être présent ce jour à la 4ème édition du Web Event Lyon mais différents concours de circonstances font que je n’y serai pas, à regret. Et donc comme je m’étais organisé pour ne rien avoir à faire ce vendredi, je vais en profiter pour avancer sur les projets que j’avais mis de côté dernièrement. Et pour être encore plus productif, j’ai décidé de me couper d’internet pendant cette journée. Attention, soyons clairs ! Cette « déconnection » n’est pas une « journée sans ». Je m’explique !

Je vais essayer de ne pas me connecter au « réseau mondial » de 8h à 17h, une journée de travail en fait. Je consulterai mes e-mails mais ne répondrai qu’à ce qui me paraitra productif ( on sait jamais, les urgences sont toujours … imprévus ! ). Mon ambition n’est pas de savoir si je peux faire sans internet, çà je le sais déjà : OUI ! Mon idée est de me prendre le plus souvent possible une journée « off line » pour me être ensuite plus performant « on line ».
Pour cette première tentative, c’est un vendredi, ce n’est pas le jour l’idéal car on doit toujours « fignoler un truc », « gérer l’impossible »  en fin de semaine mais bon, l’occasion fait le larron… Et c’est là le problème car si j’ai, moi, besoin d’aide je ne pourrai faire appel à un ami autrement que par e-mail ou par téléphone (non pas de Skype, Facebook ou twitter ! ).

A 17h ce vendredi, combien de projets aurai-je fini ? fait avancer ? Je ne travaillerai que sur ceux déjà commencés et n’en relancerait pas ce jour-ci pour être sur de mon efficacité à travailler « sans internet ».
Au menu, un e-book cadeau qui vous est destiné à finir, la nouvelle version du site de ma femme à terminer, une formation gratuite à achever, la migration d’euKlide sur un autre hébergement à prévoir … çà ne parait pas insurmontable, je n’ai pas voulu faire une « to-do list » à rallonge pour être sur de pouvoir « vire sans internet » et renouveler ainsi ce type de journée.

Je vous donne donc rendez-vous dès demain samedi pour voir si j’ai « survécu » … LOL

Ps: Mon « expérience » n’est pas nouvelle, certains se sont déconnectés pendant une semaine, d’autres pendant un an

15 thoughts on “Ma journée, presque, sans internet !

  1. C’est un pari assez élevé et amusant à la fois. Personnellement, je ne pourrais pas passer une journée sans toucher à mon clavier d’autant plus que je suis rédactrice d’articles donc j’ai tout le temps quelque chose à écrire. D’ailleurs faudrait que je fasse un petit billet sur ce sujet Olivier.

    RépondreRépondre
  2. je remarque qu’ il y a de plus en plus de personne qui tente cette journée sans internet
    et donc de plus en plus d’article qui en parle
    il faudrait voir si cela est vraiment productif

    RépondreRépondre
  3. Je pense que tu as raison et que ça ne fait pas de mal de temps en temps de se couper du net, ça m’arrive aussi de le faire occasionnellement. Mais pas trop souvent quand même bien sur, parce que ça compliqué de gérer certaines choses sans.

    RépondreRépondre
  4. Perso, j’ai du mal à faire une journée sans internet.
    Non, non c’est vrai.
    Je me lève première chose: je me connecte.
    Je bois mon café. Je pars au Taf je me connecte: normal c’est le boulot.
    Pendant la pause déjeuner: je me connecte…
    Et alors le week end: ben pas mieux au moins 3 heures dessus.
    Je vais essayer les patchs GOOGLECOTINE !

    RépondreRépondre
  5. La première chose que je fais en me levant c’est appuyer sur le bouton power de mon ordinateur. Donc avant de pouvoir me passer une semaine ou un mois du web de l’eau aura coulé sous les ponts … Après ton idée de ne t’occuper que de l’urgent pourquoi pas, ça permet de respirer, d’avoir une journée à la cool. J’en suis pas encore là pour ma part, j’ai tellement de choses à faire que j’aurai l’impression de détruire mon business en faisant ça. Mais on va dire que c’est psychologique … ^^

    RépondreRépondre
  6. @Olivier : Je lirais ça avec attention.

    Mais je suis déjà convaincu de l’intérêt de ce genre de coupure.

    Finalement on ne s’accorde que trop peu souvent de temps soit pour réfléchir (mais seulement réfléchir sans passer à l’action) ou pour se divertir (ce qui est indispensable pour se changer les idées).

    La semaine dernière, j’avais rendez-vous chez le dentiste, une heure de retard de sa part alors j’en ai profité pour réfléchir et de noter mes réflexions sur mon petit carnet … une heure plus tard j’avais 3 pages de remplies de nouvelles idées et de décisions prises (sur l’arrêt / suspension de certaines tâches notamment) … je crois que ça faisait longtemps que je n’avais pas été si productif alors que j’étais bien loin d’un ordinateur …

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire