Nouvel entrepreneur : de quoi ai-je besoin pour être plombier ?

L’entrepreneuriat, c’est vraiment l’école de la vie. Mais attention, on ne peut pas faire tout et n’importe quoi. On ne peut se présenter comme boucher, coiffeur ou plombier sans qualification officielle.
C’est pourquoi j’ai décidé de m’intéresser à l’une de ces fonctions en regardant attentivement ce qu’il fallait faire pour l’exercer. En espérant que ce contenu aidera certains et en fera réfléchir d’autres.

Le métier de plombier pour un nouvel entrepreneur

S’il est un métier en forte demande de main-d’oeuvre, c’est bien celui de plombier, car son intervention ne se limite pas à se déplacer en cas de fuite dans une maison ou un appartement. Piscine, fontaine, sauna ou chauffage, voici d’autres domaines d’interventions de ce technicien qui est loin d’être dépassé, même à l’ère du digital.

Derrière le terme de « plombier », il y a plusieurs métiers : monteur en installations thermiques, monteur en plomberie chauffage, monteur en équipements techniques du bâtiment, plombier chauffagiste, ou encore plombier sanitaire pour ne citer que les plus connus.

Plombier chauffagiste, le métier en détail

Pour enter un peu plus dans le détail, il faut savoir que cet expert réalise des installations de chauffage central et de sanitaire. Cela peut concerner des installations neuves, dans des immeubles neufs ou anciens, mais aussi des modifications d’installations existantes. Il prépare, assemble, fixe et pose les éléments nécessaires à la mise en place d’un dispositif de chauffage central, d’un équipement sanitaire, d’une installation de production et de distribution d’eau chaude sanitaire, ainsi que dans le cas d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC) individuelle.

En effectuant le raccordement, il s’occupe du réglage et de la mise en service de ces dispositifs. Il peut procéder aux réparations éventuelles de divers éléments défectueux. Bien entendu, il se doit d’appliquer les règles professionnelles et réglementaires (gaz, électricité, etc.) et ses interventions doivent être couvertes par une assurance décennale pour les professionnels afin de protéger son client contre d’éventuels dommages. Cette garantie est d’ailleurs obligatoire pour tous les corps de métiers du bâtiment.

entrepreneur plombier

Devenir plombier : être titulaire d’une formation certifiante

Il y a en premier lieu le Certificat d’Aptitude Professionnelle d’installateur sanitaire ou le CAP d’installateur thermique. Celui-ci se passe en lycée professionnel sur une période de 2 ans, avec une formation employeur/école qui permet à l’apprenant de voir sur le terrain ce qu’il apprend. Ces études se suivent après la 3ème et peuvent ensuite être complétées par d’autres formations plus spécifiques.

Le Brevet Professionnel (BP) Équipement sanitaire et génie climatique ou encore un BTS Fluides énergie environnements option génie sanitaire et thermique sont, par exemple, des spécialisations possibles. Plus qualifié, le plombier pourra effectuer des interventions plus complexes et/ou travailler en milieu industriel.

Car un plombier peut aussi se transformer en « électricien ». Il se peut, en effet, qu’il doive installer un circuit électrique notamment en tant qu’installeur thermique.

Devenir plombier « sans diplôme »

Attention, je ne dis pas « sans qualification » ! Le marché du travail étant difficile, certains chercheurs d’emploi optent pour une reconversion professionnelle et peuvent alors se diriger vers la plomberie. Mais pour travailler, les employeurs demanderont des formations notamment s’il est question d’intervenir en tant qu’installateur en thermique et sanitaire. Si vous êtes pressé, il existe également des diplômes en formation accélérée, à passer en un an au lieu de deux années.

Comme les travaux sont diversifiés, un plombier doit posséder de nombreuses compétences et particulièrement celle de s’adapter aux différents ouvrages proposés. Il se doit ainsi d’être autonome et avoir le sens de l’initiative, être rigoureux et organisé (car des demandes de rendez-vous, vous allez en avoir si vous optez pour cette profession !). Il faut également savoir conseiller le client et le rassurer dans ses choix. Malheureusement, la profession a « mauvaise presse » car des « filous » profitent des gens pour leur facturer des interventions qui ne devraient pas l’être ou à des prix très élevés.

Le permis B est aussi très important car les interventions du plombier ne se cantonnent pas à un seul lieu. Même si le travail se fait en équipe, il faut bien qu’il y ait quelqu’un qui conduit le véhicule. Et même si le coéquipier a le permis, si celui-ci est absent, vous vous retrouverez sans possibilité d’intervenir, à moins de rejoindre une autre équipe.

Même si généralement un délai d’exécution est prévu, il faut comprendre que celui-ci peut être retardé à cause d’imprévu(s) comme les conditions climatiques. Ou par le retard pris par d’autres corps de métiers. Eh oui, si les murs d’une maison ne sont pas finis, difficile d’y installer la totalité de la plomberie.

Si vous souhaitez être à votre compte et travailler seul, attention ! En effet, chaque travail réalisé vous engage et de ce fait, votre métier peut vous obliger à interrompre vos vacances et à être d’astreinte les week-ends et jours fériés. Oui, la liberté a un prix !

entreprise plomberie

Quel salaire pour un plombier chauffagiste ?

Être plombier, en tant que salarié, c’est la certitude d’avoir du travail et donc un salaire si l’employeur fait preuve d’une gestion efficace son entreprise. Par ailleurs, si celui-ci est en difficulté, il sera aisé de retrouver un emploi. Après quelques années d’expérience (3 ans minimum), et si cela vous tente, il est alors possible de créer son l’entreprise personnelle. Cela permet d’être plus indépendant mais nécessite de chercher et trouver des clients afin de faire tourner la société.

Au niveau du salaire, celui-ci varie en fonction de l’expérience. En tant que débutant, un plombier salarié peut obtenir 22000 euros par an et monter jusqu’à 30000 euros après dix ans d’activité. En tant qu’artisan, les revenus ne sont bien sûr pas limités et varient selon le lieu et la personne.

En conclusion

En résumé, le métier de plombier est un travail d’avenir, car il y aura toujours de nouvelles constructions et surtout d’autres plus anciennes anciennes, qui nécessiteront des travaux d’entretien à cause d’un équipement vétuste.

Pour finir, un peu de culture : savez-vous d’où vient le mot de plombier ? Du latin, comme beaucoup de mots de la langue française. Plus précisément du terme « plumbum » qui signifie « plomb ».

Il n’y a donc pas que dans le numérique qu’il y a du travail, et plus les personnes se dirigeront vers ce type de formation, mieux la vie des autres sera. N’hésitez donc pas à encourager les vocations dans ce domaine !

Laisser un commentaire