Oubliez ( un peu ) Google … pas comme « tout le monde »

google tout le monde 60 maxime referencement grandchamp idée livreEn une dizaine d’année, Google est devenue une vraie « pieuvre ».

Fini, le simple moteur de recherche, il y a désormais Adsense, Adwords, Admob, Google Analytics, Google Docs, … la liste des domaines où la société créé par Larry Page et Sergey Brin interviennent sont très nombreuses.
Mais Google n’est pas tout ! « Tout le monde » vous dit qu’il faut optimiser votre site pour Google, « tout le monde » vous dit qu’il faut être en première page sur Google sinon vous n’aurez que peu de visites, mais « tout le monde » se trompe comme l’explique Maxime Grandchamp dans « les 60 maximes du référencement« .

En effet, il ne faut pas oublier les autres moteurs de recherche … imaginez un artisan qui travaillerait à 90% avec un client, ne serait-il pas en danger ? Etre aussi dépendant peut vite se retourner contre vous. Le jour où Google aura changé son algorithme, vos efforts risquent d’être réduits à néant. Le proverbe dit « il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier », c’est vrai aussi sur le net !
Pour avoir toutes les explications, je vous invite à lire cet extrait du livre sus-cité.

Dans son ouvrage, Maxime détaille 60 idées sur le référencement: du nom de domaine au sitemap en passant par les descriptions. Un excellent livre !

9 thoughts on “Oubliez ( un peu ) Google … pas comme « tout le monde »

  1. Le problème est que beaucoup d’entreprises optimisent leur site aussi non pas pour les utilisateurs, mais pour les moteurs, ce qui donne des textes certaines fois incompréhensibles, des pages qui sont optimisés pour des robots et non des humains et des sites qui doivent être refaits en entier dans certains cas. C’est dommage pour les entreprises. Concernant le livre de Maxime, il est intéressant et conseillé pour les professionnels.

    RépondreRépondre
  2. @Piotr: Le jour pù tu es pénalisé par GG, tu perds donc 75% de ton trafic ?
    Et selon la loi dePareto des 80/20, si GG te rapporte 3/4 de tes visites, tu dois y consacrer 20% de ton temps ! 😉

    RépondreRépondre
  3. @Olivier:

    les sites référents représentent 65 % de mon trafic, les moteurs de recherche 20% 😉

    je consacre mon temps aux sites référents donc 😀

    RépondreRépondre
  4. @Piotr: donc tu appliques tout à fait cet article, tu « oublies » un peu les moteurs de recherche …
    as-tu l’extrait du livre de Maxime ? c’est beaucoup plus compréhensible…

    RépondreRépondre
  5. @Weetabix Si seulement Pareto pouvait s’appliquer…!

    @Piotr: les stats que tu donnes 65% sites référents et 20% GG sont surtout vrais aux débuts. Car peu d’article donc peut de mot-clés (je crois que c’est ton cas), je pense que c’est la meilleure stratégie au début pour se faire connaître. Par la suite il faudra vraiment se pencher sur l’optimisation des mots clés, et le problème des sites référents c’est que le nombre de visites diminuent avec le temps, donc il faut sans cesse commenter ou autre.

    Les sites référents participent aussi indirectement au référencement Google 😉 donc au traffic

    Je pense qu’un bon ratio serait 3 x 1/3 pour google, acces directs et sites référents, qu’est ce que vous en pensez?

    Plus que le risque de d’être déréférencer et d’être blacklister par Google. Pour reprendre l’exemple de l’artisan, des conccurrents sont peut-être mieux référencer sur GG mais pas sur yahoo ou bing. En optimisant son référencement sur les deux autres moteurs de recherche, même s’ils représentent une part de marché plus petite, elle n’est pas négligeable et permettrait tout d’aussi d’avoir des clients.

    Diversification = minimisation des risques

    RépondreRépondre
  6. @Deniss:

    Je n’ai pas encore lu a ce jour des articles parlant de commenter optimiser autre que pour google…

    concenant mon trafic en provenance des sites référents, il augmente constamment et celui de google stagne ^^

    Et ceux que tu cites, le nombre d’or de la répartition en quelque sorte, serait l’idéal mais très dur a atteindre…

    RépondreRépondre
  7. Il est beaucoup plus facile de nos jours de faire réduire la part de Google dans notre trafic.

    La majorité des livres qui ont été écrits sur le sujet l’ont été avant le grand boom des blogs, des digg-likes et de Facebook ou Twitter (pour ne citer qu’eux).

    Le temps où Google représentait plus de 80% du trafic d’un site est le signe manifeste que l’éditeur du site en question ne s’est pas remis sur la promo de son site depuis un sacré moment.

    Créer un petit blog (voire même plusieurs), faire quelques commentaires pertinents sur d’autres blogs, soumettre quelques articles à scoopeo et consors, rajouter un bouton « Like » et « Tweeter », consulter et intervenir sur quelques forums bien visités…

    Les méthodes sont légion de nos jours.

    Avant, à part les annuaires bouseux et le bon vieil échange de lien sur une page partenaire, il n’y avait pas grand chose qui permettait de se passer de Google… Ce qui est loin d’être le cas maintenant 🙂

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire