Quand Google se plante…

Quand Google se « plante » …

Suite du billet commencé samedi.
Après Google X, Google Catalogs, Web Accelerator, Video Player et Google Wave, voici de nouveaux échecs de la « pieuvre » Google.

google wave media mel6. Google wave était censé remplacer les e-mails.
Mélangeant courrier électronique, messagerie instantanée, wiki et réseautage social, le tout associé à un correcteur orthographique et un traducteur instantané, ce service a été lancé, en beta comme souvent en ami 2009. Mais en août 2010, ne trouvant pas l’agrément du public, Google Wave a été arrêté en tant que produit distinct. Puis le 30 Mars 2012, les serveurs dédiés à cette « application » ont été définitivement coupés.

7. En 2008, Google lança Wiki Search.
Les utilisateurs pouvaient personnaliser les résultats de leur recherche en les annotant, ou en les commentant. L’internaute pouvait aussi placer en tête de page l’URL qu’il trouvait la plus intéressante et supprimer celle(s) qui ne lui plaisait pas. En 2010, le service fut arrêté.

google audio ads publicité off line8. Pendant 3 ans, Google se lança dans la publicité audio avec Google Audio Ads.
Le géant essaya d’appliquer, en 2006, le modèle des liens sponsorisés à l’ensemble des supports publicitaires offline ( aussi avec Print Ads ). Mais cette diversification hors internet ne fut pas couronné de succès, avec notamment l’arrivée de la crise.

9. Contrairement ce que beaucoup pensent, Google ne s’est pas lancé dans les réseaux sociaux avec Google+.
En 2005, la firme de Mountain View racheta, en effet, Dodgeball, lancé en 2000 par Denis Crowley, qui lança après avoir quitté Google Foursquare.
Dodgeball proposait aux personnes situées dans une même zone de dialoguer par SMS mais Google ne cru pas à son potentiel, ne le développant pas comme il se devait.

10. Jaiku, un nom qui peut surprendre.
Et qui était un site de micro blogging racheté là aussi à une société finlandaise.
Arrêté en 2009, le code source est désormais disponible en Open Source.

11. Google Notebook devait permettre aux internautes de stocker et organiser des textes, des liens, des images à partir de sites Web.
Lancé en 2006, le service survit jusqu’en 2009, Google Docs lui prenant l’avantage.

google page creator12. Google Page Creator
Offrant 100Mo d’hébergement, ce service offrait la possibilité, dès 2006, de créer son site web sans connaître la programmation HTML.
Un site prometteur, qui concurrençait à l’époque Geocities, mais qui fut mis à mal avec le développement des blogs. En 2008, 3 millions d’utilisateurs utilisaient le site quand Google décida d’y mettre un terme. Il a depuis été, plus ou moins, remplacé par Google Sites.

13. Google Buzz a été très mal reçu dès le début.
Il faut dire que le service revendiquait le fait que toute information doit être publique par défaut. C’est ainsi que la Marque dut répondre, aux USA, à des procès pour violation du respect de la vie privée et une mise sous surveillance de la part de la Federal Trade Commission.

Et ces échecs ne s’arrêtent pas qu’au nombre 13, comme quoi il nous, il vous est permis d’espérer après être « tombe ». Il suffit juste de se relever et d’y croire !

10 thoughts on “Quand Google se plante…

  1. On pourrait même rajouter iGoogle puisqu’il va disparaitre dans à peine plus d’un an… Je pense que c’est d’ailleurs le service qui va vraiment me manquer, à croire que je suis l’un des rares à l’utiliser.

    Pour Google Buzz il faut également dire qu’entre Twitter et Facebook il ne se démarquait pas du tout…

    RépondreRépondre
  2. Armand> Non, je connais pas mal de monde qui l’utilisent…
    Mais iGoogle n’est pas un échec de Google. Juste une réorientation pour forcer l’utilisation de Google Plus…

    et bien, je n’avais aucune idée de la moitié des échecs présentés. Comme quoi

    RépondreRépondre
  3. Un vrai cimetière…

    En même temps chapeau d’avoir eu autant d’échecs et autant de succès !

    Gmail est très bien euh et….gmail est très bien ! 🙂

    Le moteur est clairement surfait et ne va pas en s’améliorant, j’ai l’impression que les réponses aux requêtes étaient plus pertinentes il y a 5 ou 6 ans (moins de spam aussi?)

    RépondreRépondre
  4. C’est rigolo de voir autant d’échecs….d’un côté quan on voit le nombre de produits qu’ils ont sorti c’est peut être pas tant que ça…surtout ça permet de se rassurer et de voir que l’on fait tous des erreurs et que l’on a tous des échecs même Google.

    RépondreRépondre
  5. Ce ne sont pas vraiment des échecs à mon goût. Certains succès peuvent être très surprenants, il me paraît normal d’essayer beaucoup de choses (dont certaines sont de bonnes idées peut être pas très mises en place) surtout quand on a les moyens!

    RépondreRépondre
  6. Ils ont les moyens de tester plein de choses et de se planter et ils ont raison, ça n’est pas en restant les bras croisés qu’ils vont rester les leaders en matière de moteur de recherche.
    Un jour un concurrent sérieux peut émerger, on a bien vu Appel débarquer sur le marché des Smartphones et mettre une grosse claque à tout le monde.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.