publié le 3 février 2016 par  en catégorie Conseils, Entreprendre

Un article invité ce jour, c’est l’ami Thibaut Patouillard dont je partage souvent les articles sur les réseaux sociaux qui m’a fait le plaisir de m’offrir un texte sur un sujet dont on parle de plus en plus: le growth hacking !

Growth-Hacking

Le terme Growth Hacking s’est répandu comme une trainée de poudre sur l’année 2015. Toutes les définitions ont été données et bien souvent avec quelques incorrections. Je souhaite éclaircir ce phénomène et expliquer au chef d’entreprise dans quels cas de figure le Growth Marketing pourrait bénéficier à leur entreprise.

La définition la plus juste me semble être la suivante : Le Growth Hacking représente l’ensemble des techniques marketing mesurable, traçable et scalable permettant de débloquer ou de favoriser la croissance d’une entreprise.

Nous parlons donc bien ici de technique marketing, d’où le terme qui me parait le plus adapté (car moins galvaudé) pour ce métier : Growth Marketing.

Quelles sont les principales méprises au sujet du Growth Marketing ?

Voici les 4 principales fausses déclarations au sujet du Growth Hacking qu’un chef d’entreprise doit connaitre :

  • * Le Growth Hacking consiste à trouver une technique qui débloquera ma croissance pour longtemps : en s’appuyant sur les exemples de quelques actions marketing des géants du web (pour ne pas les citer : Airbnb, Dropbox, Facebook, Uber …), nombre d’influenceurs ont décris le métier comme la capacité à trouver « Le Hack » qui débloquera la croissance de l’entreprise pour longtemps. Rien n’est moins faux ! L’ensemble des entreprises qui ont réussi ont mis en place une méthodologie complexe qui leur ont permis d’obtenir petit à petit leur croissance. Dans l’ensemble des « Hacks » mise en place (plusieurs par semaines!), certains ont mieux marché que d’autres et on en parle encore des années après. Si en tant qu’entrepreneur vous avez à embaucher un Growth marketeur, ne vous laissez pas berner par un « hack » qu’il connait (certainement dépassé), mais prenez le temps de savoir quelle méthodologie il va installer pour produire une croissance importante sur le long terme.
  • * Le Growth Hacking est réservé au développeur/programmeur : nombre des meilleurs Growth marketeurs de la planète ne sont pas du tout développeur. Pour commencer, Sean Ellis, celui qui a le premier utilisé le terme de Growth Hacker pour se trouver un remplaçant n’est pas un développeur. Pour donner un second exemple, Brian Balfour, VP of Growth a Hubspot et qui représente pour moi un des tout meilleurs Growth Hacker n’est lui-même pas ingénieur… Attention, un bagage technique reste cependant nécessaire ! La personne en charge de la croissance doit pouvoir communiquer sans problème avec les développeurs et connaitre les possibilités en terme de faisabilité, c’est indispensable ! Mais la programmation ne l’est pas.
  • * Le Growth Hacking n’est qu’un ensemble de technique pour acquérir de nouveau client : le framework le plus suivi dans le métier est celui-ci : Acquisition-Conversion-Rétention-Viralité-Revenu . L’acquisition ne fait que partie des points de croissance possible, mais la rétention ou la capacité à créer de la viralité sont au moins aussi importantes ! Si vous embauchez un responsable acquisition, ce ne sera pas un Growth Hacker car celui-ci doit aussi pouvoir jouer sur les autres paramètres afin d’obtenir le plus de croissance possible.
  • * Le Growth Hacking va faire décoller ma boite de 0 à 100 000 clients : Le Growth Hacker est « Data-Driven », c’est-à-dire qu’il agit vis-à-vis des métrics qu’il a mis en place. Si votre société démarre et que vous n’avez pas de client, vous n’aurez pas de statistique et il n’y a donc pas de Growth Hacking à faire. Néanmoins, il est convenu que le Growth Hacker peut aider à la recherche de la « traction », c’est à dire les premières bribes de croissance même si ça ne demeure pas le cœur de son métier.

 

Le Growth Hacking est-il adaptable à mon entreprise ?

Tout dépend de vous ! Une équipe dédiée à la croissance ne peut pas travailler si le chef d’entreprise n’est pas 100% derrière eux et ne leur donne pas l’ensemble des pouvoirs nécessaires à sa réalisation. Ne faites pas les choses à moitié et veillez à bien comprendre ce que cela implique pour toute votre organisation.

Si vous débutez en tant qu’entrepreneur et que vous êtes seul, il n’est pas possible pour vous de faire du Growth Hacking. Cela représente un métier complet et vous aurez bien d’autres choses à faire. Le minimum est deux ou trois personnes pour une startup, dont une personne quasiment dédiée intégralement à cette pratique. La PME de moins de 50 salariés à tout intérêt à monter une équipe de deux-trois personnes (Growth marketeur/Développeur/Webdesigner) pour s’assurer une croissance importante, car elle a les moyens d’investir dans une petite équipe et qu’elle est encore très flexible.

Votre société comprend plus de 100 employés ? Que je sois clair, il n’est pas impossible d’implanter une équipe de Growth, mais ça sera très dur. Vous allez devoir être très présent pour faire comprendre à l’ensemble des salariés l’intérêt du Growth Marketing et ça ne sera sans doute pas simple. Facebook a une division entière dédiée à cette pratique, mais l’ayant commencée très tôt avec une équipe très jeune et flexible, ça a été bien plus simple que pour une société qui a déjà une certaine expérience et qui commence à être réfractaire au changement. Je ne travaillerai personnellement jamais pour une entreprise dans laquelle les dirigeants n’ont pas compris à 100% l’enjeu que représente le Growth Marketing.

Vous vous interrogez encore sur le concept et souhaitez en savoir plus ? Voici les meilleures ressources :

Ci-dessous les ressources « de base » concernant le métier de Growth Hacker ainsi que les dernières techniques marketing :

  • * Le livre à lire : Growth Hacker Marketing by Ryan Holliday . Ce petit bouquin semble pour moi un prérequis à toute personne désirant connaitre le métier de Growth Hacker
  • * Le guide du Growth Hacker débutant : j’ai écrit ce guide gratuit pour tous ceux qui ne sont pas dans le métier. Vous y trouverez définition, techniques, ressources et outils. Vous devez le lire !
  • * Les forums : Growthhacking.fr à l’avantage d’être en français, Quora pour des discussions en anglais.
  • * Youtube : utilisez le moteur de recherche pour trouver des tas de vidéos intéressantes !
  • Growthhacker.com : la meilleure communauté de Growth Hacker à suivre, mais en anglais, évidemment !

Bonne lecture ! Si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à les poser. Merci de partager l’article si vous pensez qu’il peut être utile à un de vos amis !

Thibaut Patouillard

www.demarretonaventure.com



Deja 6 reactions.

  1. Que penser du Growth Hacking en tant que patron d’entreprise ? https://t.co/294360UhOl via @euKlide

    RépondreRépondre
  2. Roland dit :

    Bonjour Olivier,

    Merci pour cet article très intéressant qui me donne enfin les réponses à mes questions.

    Je vois maintenant l’intérêt et l’utilité, ce qui n’était pas le cas auparavant.

    RépondreRépondre
  3. Que penser du Growth Hacking en tant que patron d’entreprise ? #marketing
    Via @euKlide
    https://t.co/qKubsFpCQP

    RépondreRépondre
  4. @BeinWeb dit :

    Que pensez du Growth Hacking en tant que patron ? https://t.co/y5bp8db9dv

    RépondreRépondre

Réagir:

ATTENTION: Les commentaires n'apparaissent pas dès que vous les avez validé. J'en prends connaissance et si celui-ci est conforme à la charte du site, je le mets en ligne ... à ce moment là, vous ne pouvez plus le modifier !